oser la faille

situle conique âge du fer.jpg

La plus surpenante des existences, la forme adorable de ce vide délicieux… je marchais vers l’angle droit d’une rue ouverte sur un ciel immense comme dans les chansons et je le vis. Il ressemblait à lui-même comme dans les rêves.

– Où vas-tu, d’où viens-tu?

– Je te cherchais mais je ne le savais pas.

Vie étrange qui rend accessible l’impensable, grande imaginatrice, superbe actrice, amie irremplaçable!

Accueille ce qui t’excède! Élargis l’arc de tes bras ouverts, mets ta tête dans ta poche, ouvre grand la subtile béance sur le monde intact, inconnu, nouveau, palpitant, vivant, fait pour toi seul, à ta démesurée mesure, unique étalon valable, unique équilibre sensé.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.