l’insondable

 

ceramique etrusque.jpg

 

Je me souviens de mes rêves. Mes rêves ne se souviennent pas de moi. Ils vont où ils veulent et je ne sais rien des espaces qu’ils fréquentent. Il sont libres et raffinés, improbables, sans doute imprévisibles. Des architectures fantasques et ordinaires bordent leurs routes. Je reconnais les personnages qui ne me connaissent pas, n’existant pas, je les écoute émerveillée, ravie par le sommeil et leur réponds parfois. Je porte ce monde en moi comme les temples portent en eux l’univers qui les dépasse et je chemine le long de ces routes fantasques et ordinaires, le coeur léger et pétri de songes.

l’imminent

zabriskie point.jpg

Comme il acquiesçait, un fourmillement dans ses mains lui rappela une explosion inouïe où toute chose qu’il eût connue se fût trouvée réduite en morceaux inutiles et extraordinaires, tout à coup transformés par la puissance qui y sommeillait paresseusement jusqu’à peu. Toute chose qu’il eût connue… ou toute chose connue, par qui sinon par lui et lui qui? Qui connaissait et qui connaissait quoi? Il y avait une chose dedans qui connaissait une chose dehors? L’explosion balaya tout cela, un immense firmament absorba tout, le temps d’un fourmillement plutôt joyeux puis tout retomba à terre.

 

 

 

 

 

les pieds sur terre

Nat Geo Found J. BAYLOR ROBERTS Traffic-lights-are-made-in-Shreveport-Louisiana-and-sent-around-the-U.S.-and-abroad-December-1947.

Il marchait en regardant ses pieds, on ne sait jamais, ils auraient pu tout à coup choisir une direction différente de celle que la tête avait à cœur ou que le cœur avait en tête voire, les pieds, la tête et le cœur auraient pu de but en blanc et sans raison apparente choisir de parcourir trois directions distinctes avec des conséquences sans doute catastrophiques bien qu’intangibles. Il constatait qu’il avait les pieds sur terre et c’était déjà une certitude, il était raisonnablement difficile de marcher et de les avoir dans les nuages, comme la tête, tandis qu’il fallait admettre que le coeur avait ses raisons, en effet, que ni la tête ni les pieds ne connaissaient.

des espoirs en fumée

Je me trouvais par un curieux hasard sur Terre. Il s’agissait d’une planète parmi tant d’autres, c’est vrai, mais toutefois de la seule dont je foulais le sol. Je sirotais un verre de vin pour réconforter mon âme quand je décidai de sortir acheter des cigarettes. Dans ces cas-là, il arrive qu’on ne revienne pas. On s’en va lâchement, en abandonnant le navire, le dîner du soir, le toit et les murs et les affections indéfectibles. Comme j’étais seule, je revins, c’est-à-dire que je rentrai à la maison et me servis un autre verre de vin.

La Terre est vaste et nos limites inconcevables, non moins parfois que celles de l’univers, n’ayons pas peur des mots.

fiasco

Jacqui Kenny palme.jpg

C’était long. Il n’en finissait pas de sentir mourir ses espérances, voire même plus prosaïquement, ses espoirs. Ce qui était tout naturel, ceux-ci étant voués à l’attente, à la confiance certes mais toujours différée. À quoi cela tenait-il? À rien, justement. La distance de l’illusion à la projection dans laquelle il vivait avait été comblée par des visions qui ne se réalisaient guère que par à-coups. Comme les sursauts d’un moribond. Si le monde était méchant, c’était banal de le constater et cela reflétait sa méchanceté à lui, d’autre part, quand il était de bonne humeur, le monde était merveilleux et cela ne changeait rien car tout semblait toujours suivre son cours sans que sa présence ne lui apparût ni dans un cas ni dans l’autre véritablement indispensable, sinon pour contempler le spectacle ou y participer. La vraie vie est ailleurs avait-on dit plutôt loyalement mais où si tout était là? Cet ailleurs creusé dans son torse et dans sa tête qu’il faillissait à partager.

la fixité des astres

incblack_zoom.jpg

Elle retient à elle cette stupeur, ravie par l’inaltérable beauté d’un souvenir. Certes, ce qui a été n’est plus mais cela ne trouble en rien l’évidence subtile de cette force. Qu’est-ce qu’un souvenir? Absolument rien. Rien qui ne soit impalpable, intangibile ou encore invisible et ce rien l’enchante, elle n’ose bouger de crainte qu’il ne se dissipe, emporté par un bruit, une sollicitation inutile; ce rien l’émeut, ce rien la transporte. C’est une disposition inconnue de son être qu’elle rencontre, l’immensité inconcevable de cette éternité.

hors-la-loi

sphinx_partially_excavated.jpg

Il est désespéré par habitude, joyeux de nature, comme cela va de soi. Il est pris dans un sillon qui va son cours et il n’en sort pas.
– C’est amusant, réalise-t-il enfin, au fond, je choisis le désespoir a priori!
Le trottoir humide, la nuit qui tombe du ciel, la fixité des objets, les animaux silencieux que l’on rencontre, les histoires que l’on raconte, celles qu’on a vécu, celle que l’on va vivre, tout cela est une béance inconcevable. On cherche et on trouve, on a des ennuis dont les pigeons n’ont que faire, dont la planète Mars se rirait si elle n’était pas si loin et ils n’ont d’existence que celle qu’on leur donne. Au même moment, l’océan enroule ses eaux et le vent souffle dans les déserts. Tout ce mystère avec sursis a une forme et l’on est capricieux.
Assis sur sa chaise, il considère le vide sidéral sur lequel il se voit reposer, il n’y a plus de sol, plus de planète, il valse dans l’univers sombre et silencieux.