matière à réflexion

agoraphobic-traveller-google-street-view-photography-agoraphobia-Jacqui Kenny 1.jpg

Elle passait en revue ses propres défauts. Certes, elle en avait mais pourquoi donc étaient-ils les siens au fond? Y tenait-elle tant? Il était quand même plutôt étonnant de réitérer des aspects qui, il est notoire, ne mènent à rien de bon!

C’était pourtant dans ses qualité qu’elle découvrait incrédule d’insoupçonnables limites. Par exemple, le monde devait être sauvé? Et de quoi? D’une necessité présumée de l’être – mais de quoi? – et d’une incapacité présumée à se sauver tout seul? De fait, le monde ne la remerciait  pas de ses efforts à elle pour régler ses problèmes à lui, il n’y avait là rien de paradoxal, il ne lui avait rien demandé.

Un potentiel de joie inexploré semblait pointer le bout du nez qu’elle avait bien au milieu de la figure.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.