les vases communicants

Boris Rebetez collage.jpg

Nous sommes dans l’appartement. C’est dans la maison qu’on est seul écrivait Marguerite Duras, c’est dans ce vaste appartement que l’histoire a lieu. Trois personnages debout dans une pièce, c’est peut-être une cuisine. L’un d’eux à ce moment-là parle et sourit, l’une d’eux, de sa main frôle la sienne et l’espace s’emplit d’une joie à couper au couteau. Tout est proche, tout a lieu, rien ne s’interromp, les fenêtres sont ouvertes.

– J’ai fait comme ceci et comme cela, dit-il, et cela semble beaucoup l’amuser.

Quoiqu’il en soit, tout est parfait, non que ses propos soient insignifiants, au contraire, tout est à l’improviste incompréhensiblement et extraordinairement sensé.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.