la mer le mot

Nino Migliori.jpg

Seule une aberration pouvait transformer ce monde insondable et merveilleux en un enchaînement absurde de gestes, de faits, de chapitres sans transitions, de narrations éternelles, de volumes, de tomes entassés les uns sur les autres. L’essentiel ne se saisissait pas avec les mots. L’intelligence devait épouser celle du coeur ou bien l’aridité aurait fini par épuiser un terrain potentiellement fertile. Il posait sa joue blanche contre le carreau de sa fenêtre close sur le monde. Il regardait la manifestation sans elle. La vie n’était ni sérieuse, ni légère, ni comique ni rien que l’on ait trouvé en ouvrant nonchalamment un dictionnaire et en laissant courir un miracle comme l’oeil sur des pages emplies de signes, en l’occurence, des mots. La vie n’était pas les mots et il rêvait d’un silence dévorant toute idée qu’il se fût faite sur exactement tout.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.