l’eau le feu

da qui all eternita.jpg

C’était sans fin. On nous l’avait dit mais on n’y avait pas cru. On nous avait prévenu : avec le feu on ne joue pas. Et pourtant on avait joué. On avait joué avec le feu parce qu’on préférait ignorer toute imposition  extérieure, on avait joué parce qu’on préférait, à aux impositions extérieures, celle-là de l’âme  – l’injonction du silence. Une main avait pris la nôtre. On ne savait pas à qui elle appartenait. Mais appartenait-elle, cette main, et à qui? On ne savait pas. Elle oui, elle savait. Elle avait toujours su. Et elle disait oui.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.