la chambre

Luigi Ghirri varini.jpg

La fenêtre était fermée. Le jour filtrait au travers des persiennes closes, la chaleur aux aguets maintenue à la frontière d’un monde. Il avait bougé mais à peine. Il se souvenait. Il tentait d’oublier, de se défaire d’un fait, d’un évènement mais il se souvenait. D’une voix contre son tympan. Basse, complice, aimante, elle lui racontait une histoire qu’il aimait infiniment. Il l’écoutait sans la comprendre. Attentif, totalement. Le chat passa contre sa jambe immobile et leva ses yeux jaunes vers lui. La voix interrompit son flux régulier. Dans la chambre tout à coup silencieuse, le temps ressemblait à l’espace.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.