fais ce qui te plaît

https://i1.wp.com/a405.idata.over-blog.com/0/44/72/31/nouvelAlbum/beattles.jpg

Il en était souvent ainsi, en parcourant les trottoirs des villes durant ces mois-là, nous jetions des regards incrédules aux contructions étranges qui les longeaient. Nos yeux effilés taillaient des portions entières de toits et les laissaient chuter vers le ciel. D’ailleurs, ils n’épargnaient rien et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, des immeubles entiers avaient disparu derrière les nuages qui se traînaient sans se résoudre à désirer la mer plutôt que la montagne. Et pourtant, nous n’étions pas dupes, la ville intacte flambait sous le soleil de juin et nous étions heureux.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.