tout est en tout et réciproquement

Il s’arrêta face à la vitre mouillée. Au fond, qu’est-ce qui le séparait d’elle? Il regarda sa main sur le carreau, grande comme un arbre qui se tordait dans le vent. Il enviait l’arbre. Il ne savait pas pourquoi. La pluie aussi, il l’enviait. Et les cailloux. Puis il se mit à sourire. Il n’enviait rien. Il désirait. Il ne désirait rien. Il voulait. Il ne voulait rien. Il souriait encore quand on frappa à sa porte. Décidément, ça n’est pas elle. Ça n’était jamais elle. Et pourquoi? Jamais elle? On frappait encore quand il vit par la fenêtre, défluer les eaux et emporter derrière elles la rue entière.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.