la lenteur de l’avenir

Il s’assit face à elle. Il ne la regardait pas.
Elle non plus.
Il la dévorait du coeur.
Elle aussi.
La lumière blanche et des éclats de rire striaient l’air. Ils ne savaient que faire. La tendresse crevait la table, les couverts, le monde entier. On allait sur la lune, on traversait les océans, la grande immobilité comme une fleur s’élevait, s’extirpait de sa longue langueur, de sa passée lenteur.
Ce qui faisait naufrage n’avait pas de nom.
Il n’y avait pas de meilleur moment que celui-là.
Et il était inaccessible.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.