la barrière

agoraphobic-traveller-google-street-view-photography-agoraphobia-Jacqui Kenny 3.jpg

J’étais accoudée à une barrière de bois qui séparait l’oasis du désert. Je tournais le dos à l’oasis. Je regardais droit devant moi l’étendue aride qu’un souffle de vent balayait de temps en temps. Elle rejoignait follement l’horizon où venait se poser le globe en feu du couchant.
Derrière moi j’avais laissé les autres enfants et leurs cris au loin se perdaient dans le soir. Sur la poussière leurs chants rebondissaient comme de petits papillons qui ne vivent qu’une seule nuit.
J’écoutais, enchantée par le désert infini devant moi.
– Tu viens souvent t’accouder ici le soir?
Je sursautai en découvrant à ma droite le profil immobile de Pinocchio.
– Oui, je ne sais pas… pas seulement le soir.
Il ne dit plus rien. Il était très absorbé par ce qu’il regardait. Je tentai de l’oublier et je continuai à regarder droit devant moi.
– Moi je vais faire un tour dans le désert, dit-il en souriant mais sans chercher mon regard. Je le suivis des yeux en silence. Il passa sous la barrière et marcha droit devant lui. Ses petits pas de bois soulevaient la poussière.
Il finit par devenir un tout petit point vers l’horizon. Il déplaçait un léger nuage ocre qui brillait dans le crépuscule et reflétait la lumière de la lune.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.