si l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt à qui appartient le présent?

mortier-et-pilon-en-marbre-blanc.jpg

Il ne faut pas couper les cheveux en quatre, on l’a déjà dit mais apparemment les amants vont par deux, on n’a pas bien entendu, donc on le répète. La vie est trop courte pour couper les cheveux en quatre et on n’a plus le temps de broyer du noir en paix. Car en effet, si on passe son temps à couper les cheveux en quatre, quand va-t-on broyer du noir? À midi? Si l’on cherche midi à quatorze heure, je vous laisse entrevoir l’ampleur de la perte de temps occasionnée par la vanité de la quête. Autant broyer du noir tout de suite, c’est toujours ça de gagné. En bref, une journée ne suffit pas à contrevenir à toutes les bonnes intentions dont est pavé l’enfer…

appeler un chat un chat

attribué Diego Giacometti.jpg

Je ne sais pas si vous avez déjà demandé à un chat de vous aider à repasser le linge. Il y met une mauvaise volonté que l’on pourrait qualifier de rare si seulement il répondait d’un geste à la requête que l’on aura pris soin de lui exprimer très poliment. Tout d’abord, les chats détestent repasser le linge, ensuite, ils ne portent pas de vêtements donc le problème ne se pose pas pour eux. Ils se lèchent simplement le poil quand ils ont le temps. D’autre part, les chats détestent les tâches ménagères en général, n’allez pas vous bercer d’illusion et leur proposer une alternative, comme par exemple passer l’aspirateur : quand il est en fonction, ils le regardent d’un oeil infiniment douteux en crachant comme s’il s’agissait d’un lynx ou d’un sèche cheveux. Vous pourrez leur demander de mettre la table si vous avez décidé de sauter un repas. Ne croyez pas non plus qu’ils écriront à votre place les 7 tomes de vos mémoires. Sinon, les chats sont très serviables, il ne faut pas en croire les apparences trompeuses.

la voie lactée

mortier-pilon-fonte.jpg

Pour broyer du noir, ça n’est pas compliqué. Il suffit de trouver du noir et de le broyer. On peut le broyer du matin au soir, il n’y a pas d’heure spécifique. On peut aussi le broyer toute la nuit, on ne dormira pas mais ce sera toujours ça de fait pour le lendemain. Toutefois, il faut se rendre à l’évidence, la quantité de noir étant infinie, ce travail est sans fin. Vous vous demanderez où on trouve le noir et je vous répondrai partout. Le noir est très facile à trouver, par exemple, il suffit d’allumer la télé. Sans suivre le conseil de Groucho Marx qui s’exclamait que la télé était très instructive, à chaque fois qu’on l’allumait, il changeait de pièce pour aller lire un livre. Oui, on peut lire autre chose qu’un livre. La preuve. Pour en revenir à nos moutons qui sont nombreux, il faut constater que le temps passé à broyer du noir n’est pas passé à autre chose. Ce qui est bien dommage, vous en conviendrez, quand on se retrouve catapulté sur une des rares planètes où l’on puisse respirer, dans une galaxie parmi des milliards dans un univers sans doute infini.

les causes des conséquences

ampoule.jpg

S’il y a un feu, il y a de la fumée et inversement, s’il y a de la fumée, il y a de grandes chances et je pèse mes mots, qu’il y ait un feu quelque part. Ce qui signifie qu’il n’y a pas d’effet sans cause, ni de cause sans effet. On l’avait compris tout seul. Quoique. S’il y a une cause, il y aura un effet et s’il y a un effet, il y a une cause quelque part, on peut la chercher. Bien entendu, avec le feu, c’est plus simple, il y a de fortes probabilités que la fumée s’en échappe. Les effets des causes, on ne sait pas nécessairement où ils sont. D’ailleurs on peut très bien songer en sirotant un Porto, qu’il n’y en a pas. D’effets, ou de causes.

qui mal y pense

body and soul.jpg
Quand on cherche à y comprendre quelque chose, en général, on n’y comprend rien. On a alors beau chercher, on ne trouve pas, même si à vrai dire et c’est la moindre des choses, on ne va pas mentir non plus, même si disais-je… je ne sais plus où j’en suis. Je recommence. Sur la mauvais voie. Quelle voie? La mauvaise. Bien, je recommence. Quand on cherche à y comprendre quelque chose, en général, on n’y comprend rien. Alors on obéit. Mais l’espace-temps me presse, je dois vous saluer.