les joies de l’altitude

National_Geographic.jpg

On croit avoir escaladé un versant et on n’a pas commencé à franchir les premiers mètres. On est déjà épuisé. On n’aperçoit même pas – de loin, on pourrait – la cime qui se perd derrière de lourds nuages immobiles. Très vite, le brouillard arrive et s’épaissit, il faut poursuivre à l’aveuglette: on suit le sentier que l’on imagine sous les pieds car on les voit encore, les pieds, pas le sentier. Pas à pas, on avance, avec courage et en y mettant toute la foi dont on se sent capable, car on a de la foi à revendre! Alors on marche et on ne perd pas de vue ses propres pieds sans quoi on risquerait de perdre le corps entier en des régions hostiles. Et puis tout à coup, c’est le désespoir, l’épuisement, physique et moral, un doute surgit, ce voyage en vaut-il la peine? A-t-on choisit la bonne saison? Est-on suffisamment en forme pour arpenter les côtes escarpées des reliefs terrestres? Tant de questions! Vaines toutefois. Parce qu’en réalité, il n’y a pas de montagne du tout.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.