on ne va jamais aussi loin que lorsqu’on ne sait pas où l’on va

Je relevais les yeux. Je ne reconnaissais rien. La rue inondée de soleil, toute droite montait vers le ciel. Celui-ci sans faire d’histoires s’était couché à terre. Il respirait tranquillement. Sur la pointe des pieds, j’avançais. Dans l’air mobile, des questions secouaient ma chevelure, courte d’autre part, les questions ne s’y agrippaient que pour mieux continuer leur course au vent. Légère, je poursuivais mon chemin de nuage en nuage. Sur le bleu de cet asphalte limpide et franc, j’écrivis un nom, qui disparut aussitôt: le ciel est inconstant.

 

liberty-2-liberty-and-company-london_186.jpg

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.