agapo

C’était inexplicable. J’avais un seau sur la tête, je ne voyais plus rien. Je tendais les mains vers l’avant et du bout d’un pied puis de l’autre, je tâtais le chemin. Avancer ainsi était un véritable défi, cela n’ayant rien d’aisé. La voisine se mit à crier par dessus le vide qui séparait sa fenêtre de la fenêtre qui lui faisait face. La fenêtre devint océan, tendre et mouvant, déchaîné mais qu’importait? La rue s’emplit immédiatement d’embruns et les visages humides souriaient. Les paupières écloses se couchaient sous la lumière d’un jour blanc, neutre presque à force d’être éteint. Je tombai à terre. Aussitôt des astres se ruèrent à ma suite. Ils me criblaient de signes que je ne comprenais pas. Sur mon ongle, l’un d’eux scintillait, indifférent. Au coin de ma lèvre, un autre creusait l’infini sourd de son extinction. Je n’en finissais pas, muette, de chercher le silence.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.