récolte la tempête

agoraphobic-traveller-google-street-view-photography-agoraphobia-19-59fc683ca39e6__700.jpg

Comment peut-on chercher midi à quatorze heures quand on est assez grand pour se lacer les chaussures tous seuls? Comment est-il seulement possible, voire, seulement pensable, qu’un être sensé cherche midi à quatorze heures? Il est couru d’avance, même sans se presser, que midi à quatorze heures, on ne l’y trouvera pas, même en cherchant bien. Mais voilà, on en doute et on cherche, au cas où. On ne sait jamais après tout, se dit-on, en cherchant bien, on trouvera peut-être. Ce serait bien dommage, se dit-on encore, de ne pas bien chercher et qu’il y soit, midi à quatorze heures. On s’en voudrait vraiment. Pensez un peu, si quelqu’un trouvait midi à quatorze heures avant nous. On ne se le pardonnerait jamais.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.